Brasserie du Renard

La Floral Doedoens

La floral Dodoens

Visuel : Limpide ou trouble, sa robe varie selon la façon dont on la sert. Mousse onctueuse soutenue par sa colonne de bulles frivoles.


Nez : Arômes volatiles intenses de fleurs sauvages soutenus par un bouquet de 5 houblons.


Bouche : Attaque douce et fruitée, plus intense et ronde lors de l'ajout des levures. Picotements agréables apportant une volatilité aux arômes fleuris. Caractère malteux et la rondeur légèrement soyeuse en milieu de bouche. Fin de bouche soutenue par l'amertume légère des houblons puis amplifiée par la fraîcheur de la reine des prés. Longue persistance caractéristique et agréable.


Taux d'alcool: 7 %
EBC : 8
IBU : 25

" Son arôme étonnant de fleur de sureau et de reine des prés transporte le dégustateur dans une atmosphère de prés sauvages fleuris. Puis vient l'amertume équilibrée mais tout de même prononcée pour contraster la légèreté de l'expérience. Le nom Floral est bien sûr lié à sa caractéristique florale."

Blonde infusée aux fleurs de reine des prés et de sureau

Le renard en cuisine

L'anecdote du renard

Depuis fin 2019 l'univers de la Floral est devenu une partie intégralle de la Brasserie du Renard. Cet univers explore les meandres de notre imagination de manière hautement réaliste. Là où le paradoxe est roi, ou l'absurde et le surréalisme sont les pilliers de l'esprit et de la créativité. C'est dans ce contexte que la Floral se savoure le mieux. Car la déguster c'est être étonné par ses saveurs folles et originales inspirées par la 'Pataphysique.

  • À l'apéro : Crackers au fenouil (comme ceux de MAD LAB qui utilise nos drèches)
  • Plats: Poulet à la Floral et aux raisin secs, Ratatouille, ...
  • Fromage : Ricotta, Fromage blanc, Chèvre.
  • Desserts : Crêpes, ..

QUi est dodoens ? 

Dodoens est le nom de famille du médecin et botaniste du XVIe siècle Rembert Dodoens aussi connu sous le nom Rombeaux Dodonée en français. Il est né le 29 juin 1517 à Malines et termine son doctorat à l'age de 18 ans à l'Université Catholique de Louvain en 1535.


Son intérêt pour la botanique est d'abord d'ordre médical et c'est pour cette raison qu'il écrit un herbier. Il utilise les planches du travail de Leonhart Fuchs et y ajoute de nouvelles gravures. Une édition en flamand, sous le titre Crŭÿdeboeck, paraît en 1554 suivie d'une version en français, Histoire des plantes (la traduction est assurée par Charles de l'Écluse). C'est à l'époque le deuxième livre le plus traduit après la bible avec même un traduction en Japonais.

C'est lui qui, pour la première fois, référence la reine des prés en tant que plante médicinale dans son fameux livre.